Mystérieux chèques...

Publié le par Jean Kerven

« C'est précisément cette responsabilité {qui} donne à chaque être humain non seulement le droit absolu vis-à-vis d'un tel Examen, mais lui en fait même la nécessité la plus contraignante ! Qu'il le considère tranquillement comme un sain instinct d'auto-conservation, ce n'est absolument pas à tort ! Il ne signe{rait}, en effet, pas non plus un contrat terrestre quelconque, qui lui impose une responsabilité, sans précisément examiner celui-ci, mot par mot, et réfléchir, {pour savoir} s'il peut tout tenir. »  (Enseignement Universel)

 

 

INFORMATION à TRANSMETTRE

à VOS PROCHES, AMIS...

 

INTERROGEZ VOS BANQUIERS... à vous de jouer...

RéPONSE AUX "IMBéCILES UTILES" (LéNINE) :

EXISTERAIT-IL BIEN UN COMPLOT ?

 

Quand vous remplissez un chèque, vous écrivez en suivant les lignes imprimées. D'abord pour le montant de la somme en lettres, puis pour le nom du bénéficiaire, puis pour le nom de la localité, enfin pour la date. Or ces lignes ne sont pas des traits. Ce ne sont pas non plus, comme on pourrait le croire en les regardant de près, une suite de petits points. Il s'agit de minuscules caractères d'imprimerie, qui apparaissent si vous grossissez ces lignes (à la loupe, à la photocopieuse ou au scanner).

Vous vous apercevrez alors que ces lettres, bien qu'elles soient alignées sans jamais laisser d'espace, forment une phrase. Ou plutôt deux phrases, qui sont celles-ci : "L'Europe ne se fera pas d'un coup, ni dans une construction d'ensemble. Elle se fera par des réalisations concrètes, créant d'abord une solidarité de fait."

De quoi s'agit-il? Du passage le plus célèbre du discours de Robert Schuman, le 9 Mai 1950. Le discours qui est considéré comme l'acte de naissance de la construction européenne, parce que le ministre annonçait le projet du gouvernement de constituer avec l'Allemagne, puis avec d'autres pays, une communauté du charbon et de l'acier. C'est pourquoi le 9 mai est la "journée de l'Europe", promue comme la fête nationale du super-état européen dans le projet de Constitution européenne.

Robert Schuman (un haut initié de mèche avec les services secrets américains) indiquait comment allait être menée la construction européenne : non pas comme une "construction d'ensemble", visible par tous, supprimant d'emblée les souverainetés nationales, ce qui serait promis à un échec évident. Mais en opérant par petites touches, en retirant peu à peu aux états leurs prérogatives nationales, à la façon du voleur chinois, en commençant par des "réalisations concrètes" qui semblent aller de soi, de façon que les peuples ne discernent jamais le projet final et se retrouvent au bout du compte avec un super-état européen, qu'ils n'ont jamais voulu mais dont on leur montrera que c'est l'aboutissement logique et inéluctable de tous les petits pas qu'ils ont acceptés. Le référendum sur la Constitution européenne est un accroc majeur: le débat qu'il a suscité a dévoilé le pot aux roses...

Il est pour le moins extraordinaire de constater que le projet d'une construction européenne se faisant ainsi en catimini se retrouve sur les chèques de toutes les banques françaises, de façon cachée, camouflée, invisible.

Le fait que les lignes des chèques soient en réalité l'expression de ce qui est le cœur même de la construction européenne a une conséquence troublante. La dernière "ligne" est celle qui se trouve au-dessus de votre signature.

Autrement dit, chaque fois que vous signez un chèque, vous contresignez les phrases de Robert Schuman. à chaque chèque que vous signez, vous faites vôtre le propos sur la construction européenne, vous en faites votre propre profession de foi européenne. En même temps que vous vous engagez à payer la somme indiquée (somme en €uros elle-même soulignée par cette profession de foi), vous certifiez que vous vous engagez vous-même dans cette voie. Sans le savoir: exactement comme la construction européenne s'est faite pendant des décennies sans qu'on vous dise où elle menait.

S'agit-il d'une mauvaise blague d'un graphiste qui trouvait amusante cette invisible extorsion de signature ? S'agit-il d'une application des théories sur les messages subliminaux? S'agit-il d'un élément parmi d'autres d'une manœuvre encore plus inquiétante ? Difficile de le savoir..., mais il se trouve que, dans les enquêtes de la Banque mondiale, la réponse "je ne sais pas" a pour numéro de code le nombre 666... (Source: National Hebdo).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article