Le Copeau et la Poutre

Publié le par Jean Kerven

Le Copeau et la Poutre

 

Tout est dit dans ces quelques mots:

"Quand je parle de Toi, c'est en fait de moi que je parle."


Ou encore Victor Hugo:

"Insensé qui croit que je ne suis pas Toi!"


Les critiques que l'on reçoit d'autrui (aussi bien négatives que positives) ne nous renseignent que bien peu sur nous-mêmes, mais beaucoup plus sur celui ou celle qui émet ces critiques. Car il est on ne peut plus vrai que nous sommes tous les reflets les uns des autres, et que ce que nous percevons chez autrui - aussi bien les défauts que les qualités - ne nous sont perceptibles que parce que nous en possédons au moins les germes en nous-mêmes !!!


C’est là un principe ancré dans la Loi Universelle d’Attraction du Genre Semblable.


«Nous sommes tous les miroirs les uns des autres!...»: Chaque fois que vous vivez une situation qui vous dérange (colère, peur, etc.), repensez à la Parabole du Copeau et de la Poutre. Elle vous ramène à vous-mêmes et à réaliser pourquoi cette situation vous contrarie et vous fait peut-être vivre des émotions peu agréables.


Comment? Lorsque nous sommes contrariés par quelque chose, c'est que le retour de cette situation nous ramène (souvent inconsciemment) à une part de nous-mêmes que nous n'avons pas encore réglée, donc guérie. Un "pattern" qui, probablement, se répète souvent, par ailleurs, si l’on effectue un retour sur notre vie passée.

Le but, dans cette pratique, est de ramener à notre conscience ce que nous n'avons pas encore guéri et qui nous fait vivre des situations qui ne nous sont pas agréables. Nous ne sommes jamais en colère (par exemple, pour cette émotion-là) contre quelqu'un d'autre que nous-mêmes, de nous faire vivre encore cette situation, contre notre incapacité à changer notre situation...

C'est pourquoi il peut être bénéfique d'exprimer sa colère, "ça soulage!", mais APRÈS être allés voir pourquoi cette situation ou cette personne nous "a mis" en colère...

Nous pouvons ainsi ensuite exprimer à la personne que nous estimions "responsable" de notre colère ce qui nous a dérangé dans son attitude ou son comportement avec des mots plus calmes et de façon constructive.

En agissant ainsi, l'on ne refoule pas son émotion, on la canalise dans une prise de conscience et une nouvelle sagesse s'installe…

Pour en savoir plus:

Aide à la Libération...

Publié dans Pensées & Réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

phÚne 06/03/2006 12:00

Ce que l'on juge chez les soi-disants autres n'est qu'un aspect volontairement ignoré de soi...